Yatagan ottoman du début du XIXe siècle

Lot 62
Aller au lot
Estimation :
400 - 600 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 2 860EUR
Yatagan ottoman du début du XIXe siècle
Yatagan ottoman du début du XIXe siècle Acier, ivoire marin, argent 67 cm de long. Lame gravée sur un flanc d'inscriptions en arabes, avec la date "1224" dudit "calendrier hégirien" (soit l'an 1809 après Notre Seigneur Jésus Christ). Présenté dans un fourreau du XIXe siècle. Provenance : • Selon la tradition familiale, prise de guerre d'Anthelme Cassaignolles (1806-1866), alors "Capitaine Adjudant Major aux Spahis d'Oran". • Puis par descendance, jusqu'à aujourd'hui. Un des nombreux héros de la conquête de l'Algérie, Cassaignolles aurait -selon la tradition familiale- récupéré ce yatagan sur la dépouille du calife M'Barek, bras droit d'Abd-El-Kader, au combat de l'Oued Malah, le 11 novembre 1843. Ayant commencé sa carrière en 1831, au 2e régiment des chasseurs d'Afrique, il fut de toutes les campagnes françaises jusqu'à 1848. Il bascula dans la cavalerie à la création du corps des Spahis, en 1836, et finira sa carrière comme Général de division, auréolé de gloire, et décoré de la Légion d'Honneur au grade de Grand-Officier. "Le 11 novembre de cette année avait eu lieu l'affaire de l'Oued-Malah. Le colonel Tempoure, mis en mouvement par le général de Lamoriciëre, son service de guides et de renseignements assuré par le capitaine Charras, venait de détruire, près du marabout précité, l'infanterie régulière, que le kalifa Sidi-Embareck conduisait dans l'ouest à Abd-el-Kader. Quatre jours et quatre nuits de marches consécutives, effort extraordinaire, avaient amené ce résultat. La tête de Sidi-Embareck, frappé de la main du capitaine Cassaignolles officier de cavalerie des plus distingués, fut envoyée à Oran, dans un sac de cuir, au général de Lamoricière." in Martimprey, "Souvenirs d'un officier d'état-major", Paris, Quantin, 1886, p.179.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue